Ajouter à une liste de favoris

Comédien, scénariste et professeur de théâtre, découvrez l’Eure en Normandie vue par Eric Laugérias. De la vallée de Seine au Vexin normand en passant par Pont-Audemer, Bernay et Évreux entrez dans l’intimité de l’acteur eurois. Balades, rencontres, plaisirs simples et déconnexion sont au rendez-vous de cette présentation de l’Eure !

Pourquoi avoir choisi de résider dans l’Eure ?

Éric Laugérias : Nous avons choisi de venir vivre dans l’Eure avec mon épouse car nous en avions marre de Paris. Nos garçons grandissaient et nous voulions être à la campagne plutôt qu’en banlieue. Nous avons regardé naturellement vers l’ouest car mon épouse est normande. Nous avons donc cherché une maison à 1h de Paris puis loué une à Vernon pendant 2 ou 3 ans afin de voir si nous nous y plaisions. Ensuite, nous avons acheté dans les environs de Vernon pour faire bénéficier à nos enfants de la vie de provinciaux que nous avions eu mon épouse et moi-même : être ouvert aux autres, se déplacer à vélo, faire du sport (golf, tennis, football…). Ici, les infrastructures sont abordables et faciles d’accès. Côté travail il était important d’avoir un rythme calme et doux. Et l’Eure, c’est la douceur vivre. Les gens sont très accueillants. C’est un bonheur de vivre dans l’Eure. J’aime le rythme de vie des eurois, leur accueil, leur franchise…


L’accessibilité par le train permet pour très facilement de vivre entre la région parisienne et la Normandie. Nous sommes à 80 kilomètres de Paris en voiture. Le département attire beaucoup car dans l’Eure, vous pouvez acheter une maison pour le prix d’un deux pièces à Paris dans de mauvais quartiers. L’Eure est accueillante ! On a beaucoup de chance d’avoir une vie culturelle et sportive de proximité. Beaucoup de choses sont faciles et rapides d’accès. Tout est à distance simple et proche des centres urbains.

Quel lieu incarne le mieux l’Eure ?

Éric Laugérias : Bien entendu Giverny. C’est un endroit que je trouve très inspirant comme la correspondance entre Claude Monet et Georges Clémenceau. J’adore la vallée de Seine et les rivières de l’Eure, comme l’Andelle, l’Iton ou encore la vallée de l‘Eure. Il y a des villages magnifiques. De Giverny jusqu’au Marais-Vernier, c’est formidable ! Il y a encore de petits coins sauvages. J’ai une passion pour les églises, un patrimoine local exceptionnel. Il y a de petites pépites comme Le Bec Hellouin, un village superbe, tout comme Lyons-la-Forêt.  Il y aussi des coins à découvrir dans la vallée de Risle : Monfort-sur-Risle et Pont-Audemer – cette cité vénitienne normande.

Avez-vous une excursion ou une visite dans l’Eure que vous aimez ?

Éric Laugérias :  À une époque, nous faisions beaucoup de brocantes et j’adorais le sud de l’Eure comme Rugles, et le Pays d’Ouche. Mais aussi l’ouest comme Bernay avec une richesse d’architecture et d’églises, de châteaux et de petits manoirs.

En suivant toutes ses petites rivières et ses petits cours d’eau, j’ai découvert des coins magnifiques, préservés et presque secrets. C’est un département très riche avec beaucoup de forêts, de vallées secrètes. Je l’aime du printemps jusqu’à l’automne, avec de très belles couleurs à découvrir pendant ces mois. Depuis l’A13, la récompense est tout de suite présente pour faire un grand week-end, être à 1h de train pour avoir une meilleure qualité de vie.

Il faut sortir de l’autoroute A13 et prendre les routes qui la longent. Il faut prendre le temps de quitter l’autoroute pour découvrir la vallée de Seine. Être en face de Vernon et Giverny, Gaillon jusqu’à La Bouille (76), me perdre dans la route des chaumières, voir des maisons typiques normandes.

Sur la route des chaumières

Quel regard portez-vous sur la vallée de Seine ?

Éric Laugérias : Longer des rivières, c’est longer les anciens tissus de vie. On découvre les villages, les grandes villes et les villes moyennes. C’est comme ça que je découvre la France et ses paysages typiques. J’aime longer les rivières de l’Eure et toutes les vallées. J’aime me perdre pour visiter et prendre le temps.

Vallée de Seine

Avez-vous un coup de cœur à recommander à nos lecteurs pour découvrir l’Eure en famille ou avec des amis ?

Éric Laugérias : Oui, les balades le long des vallées ! J’aime beaucoup la vallée de l’Eure avec Pacy-sur-Eure qui est charmante. De très belles choses sont à voir : des églises et des manoirs ainsi qu’un patrimoine culturel très riche. Il y a aussi le musée de Vernon et la cathédrale d’Évreux qui sont superbes. Le Bec Hellouin est également un endroit magnifique, toujours vivant. On pourrait même faire des balades autour des golfs de l’Eure, il y a de très beaux parcours.

Le Bec-Hellouin

Qu’évoque pour vous la gastronomie ou le terroir en Normandie ?

Éric Laugérias : Nous avons une passion très importante pour la gastronomie. L’un de mes fils est d’ailleurs Chef. J’aime les bons produits. Nous sommes très gâtés entre le marché de Vernon et les agriculteurs chez qui l’on peut acheter des produits locaux par la vente directe. Et puis les produits de la mer ne sont jamais très loin. Nous sommes dans un département à la limite du maritime finalement.
Le marché d’Évreux aussi, la viande bovine est formidable, les volailles superbes, les produits laitiers on n’en parle même pas ! Que dire des légumes : le nombre de maraîchers… nous avons une richesse folle de produits et d’aspirations pour la cuisine. Il y a une mouvance à avoir des produits à portée de main. On est vraiment dans le locavore car tout est là !

Avez-vous un producteur local ou une adresse gourmande à conseiller ? 

Éric Laugérias : Moi, mon lieu d’inspiration c’est le marché de Vernon ! Il est formidable. Tout le monde est sous son charme. La richesse et la qualité des produits, nous avons cette chance-là. Il y a un mélange de producteurs locaux, de campagne et de légumes. Un très très beau marché ! C’est l’endroit où l’on va pour bâtir tous les repas de la semaine.