Ajouter à une liste de favoris

Ouverts au public depuis 2012, les jardins animaliers de Biotropica fêtent leurs 10 ans cette année. Le parc s’est imposé comme l’un des plus beaux zoos de Normandie. Installé à Léry-Poses, il accueille aujourd’hui 1400 pensionnaires de 140 espèces différentes et joue un rôle majeur en Europe dans la préservation des animaux en voie de disparition. Aujourd’hui, nous vous proposons de revenir sur les évènements marquants de ce zoo normand en vallée de la Seine.



Naissances et arrivées à Biotropica

Tout au long de ses 10 années d’existence, Biotropica a eu comme mot d’ordre de protéger les espèces menacées. Si de nombreux animaux sont arrivés dans le zoo, d’autres y sont nés. La naissance du premier bébé coendou de France en 2017 en est l’exemple parfait.

Biotropica joue également un rôle majeur dans la reproduction des paresseux avec 7 naissances depuis 2015. Aujourd’hui, ce sont deux générations de cette espèce qui cohabitent dans le parc. Un exploit quand on sait qu’il n’y avait pas eu de naissance de paresseux en France depuis plus de 30 ans. Le dernier né est arrivé le 31 décembre 2021, tout un symbole !

© Aurélien Papa, Département de l'Eure
Le paresseux

En 2018, c’est un bébé tamandua qui a vu le jour à Biotropica. Une grande première en France pour ce fourmilier nain ! Autre espèce uniquement présente dans ce zoo normand, la musaraigne éléphant qui n’est visible que dans 8 autres parcs européens. Biotropica est donc le seul parc animalier français à vous faire découvrir leur mode de vie. Enfin, en 2019, c’est un bébé musaraigne qui a pointé le bout de son nez. Il est, lui aussi, le premier de France !


Le rôle majeur de Biotropica en faveur de la protection animale

Le parc zoologique Biotropica est constamment mobilisé pour la protection animalière. Dès son ouverture en 2012, le parc a recueilli Léon, un crocodile faux gavial. Saisi il y a près de 40 ans auprès de braconniers au Togo, il était l’un des derniers de son pays. Aujourd’hui, 18 bébés faux gavials sont nés dans l’enceinte de Biotropica. Et c’est notamment grâce à Léon ! Seulement deux parcs animaliers dans le monde reproduisent cette espèce de crocodile en danger critique d’extinction dans la nature et Biotropica en fait partie !

Outre les naissances de nombreuses espèces menacées, beaucoup de reptiles et de mammifères exotiques venus de tous les continents sont également recueillis à Biotropica. En juillet 2018, un dragon de Komodo a fait son arrivée. Le gavial du Gange a lui aussi élu domicile dans un des enclos du parc depuis 2019. Il ne resterait que 2000 individus à l’état sauvage dans le monde. C’est une chance de les voir dans l’Eure et de participer à leur protection !

Enfin, depuis 2022, vous pouvez aussi rendre visite aux viscaches des plaines. Biotropica est d’ailleurs le seul zoo de France où vous pourrez observer ces boules de poils sauvages !


Un parc qui s’agrandit

Biotropica est un parc à taille humaine qui a su recréer le milieu naturel de nombreux animaux hors du commun. Depuis 2012, 8 univers ont été aménagés sur les 10 hectares du zoo pour accueillir les espèces animales menacées ou dans le besoin. D’abord, la Serre Tropicale (l’une des plus grandes de France) où la flore se mêle à la faune sauvage dans un espace de 5000m² pour une immersion en pleine nature.



En 2014, le parc animalier s’agrandit avec son Jardin d’Asie, un espace à la végétation riche pour les pandas roux et les loutres. L’année suivante un espace aquatique ouvre ses portes pour y accueillir la Crique des Manchots. En 2016, ce sont les guépards et les suricates qui élisent domicile dans la Brousse Africaine. Et la dernière nouveauté : la Pampa des Tamanoirs.

Mais Biotropica, c’est aussi le Bush Australien et ses kangourous, Lac des Pélicans et la ferme des enfants qui permet de côtoyer les chèvres de près.


Au plus proche des animaux sauvages, Biotropica propose également aux enfants de devenir soigneur d’un jour. Ils découvriront l’enrichissement, le nourrissage et les soins dispensés aux animaux.

Ouvert tous les jours (à l’exception du 25 décembre et du 1er janvier), le parc est aujourd’hui reconnu pour ses actions en faveur de la protection du monde animal. Depuis 10 ans maintenant, ce sont des centaines d’espèces qui cohabitent dans des espaces dédiés et adaptés.


Vous aimerez aussi…