Vol libre en Seine © Eure Tourisme, F. Cormon

La Seine, un fleuve de contes et de légendes

Vous êtes ici

La Seine, un fleuve de contes et de légendes

Tout au long de la longue histoire du fleuve, les légendes remontent le temps. Il s’en est tissé des contes, pas tous inventés, dans les eaux profondes du fleuve : histoire de remous maléfiques, désespoir d’amour noyé, maléfices du Diable et source gardée par les fées…

 

DES CONTES ET DES LÉGENDES

Une abbaye fondée sur un vœu de Richard Cœur de Lion

Selon la légende, l’abbaye de Bonport à Pont-de-l’Arche aurait été fondée sur un vœu de Richard Cœur de Lion.

Lors d’une partie de chasse, Richard, tombé dans l’eau de la Seine, aurait juré à Dieu de construire l’abbaye s’il arrivait à « bon port » sur la rive du fleuve.

 

Pont de l'arche © Hôtel de la Tour

La légende de Satan à Pont-de-l’Arche Le pont qui traversait la Seine aurait été construit grâce à un pacte avec le diable.

La construction entreprise par l’architecte n’avançant pas, ce dernier aurait passé un pacte avec son constructeur en échange de la vie de la première créature qui traverserait le pont. Plus rusé que le diable, l’entrepreneur fit passer… un chat noir !

 

Louis XVI et le Trésor du Télémaque

Où est passée la cargaison du Télémaque ? Le 3 janvier 1790, le navire fait naufrage devant Quillebeuf-sur-Seine, avec, dit-on, à son bord la fortune de Louis XVI et les trésors des abbayes riveraines de la Seine.

Malgré les nombreuses tentatives de recherche, le trésor n’a jamais été retrouvé.

 

Le miracle de Saint-Adjutor

Longtemps, face au prieuré de la Madeleine, à Pressagny-l’Orgueilleux, les eaux bouillonnantes de la Seine engloutissaient barques et mariniers.

Pour mettre fin à ce fléau, Saint-Adjutor y jeta les chaînes qu’il portait dans sa prison à Jérusalem. Ce prodige lui valut la reconnaissance des mariniers qui firent de lui leur saint patron.

 

L’eau miraculeuse de la fontaine Sainte-Clotilde

Vers 511, la femme de Clovis, Clotilde, décide de fonder aux Andelys une abbaye destinée à assurer l’éducation des jeunes filles.

Pour abreuver les ouvriers exténués par la chaleur qui travaillaient à cet ouvrage, Clotilde se mit en prière et obtint que l’eau d’une fontaine voisine eût, la force et le goût du vin. Après ce miracle, l’eau fut réputée miraculeuse et les pèlerinages furent nombreux.

Aujourd’hui, la Fontaine Sainte Clotilde coule toujours à l’ombre d’un tilleul plusieurs fois centenaire. Il n’y a plus de pèlerinages mais une cérémonie célèbre encore Sainte Clothilde chaque 1er week-end de juin à la grande joie des habitants des Andelys.

 

Sur les pas de Gargantua

Gargantua et son ami Grandgousier viennent à passer un jour par la vallée de la Seine. Dans une auberge des faubourgs de Mantes, ils se font dérober leurs montures et partent à la poursuite des voleurs qui galopent le long de la rive droite de la Seine.

A la sortie du village de Port-Mort, Gargantua s’assied et retire une pierre qui, entrée dans sa chaussure, le gênait dans sa marche. Ce caillou se dresse toujours sur le bord même de la route.

 

Les 2 amants © Office de Tourisme de la CASE

La légende des Deux Amants à Amfreville-sous-les-Monts

Au cours d’une chasse en forêt de Bord, près de Louviers, Edmond, jeune écuyer, avait sauvé Calliste, la fille du seigneur du lieu, des attaques d’un sanglier.

Ils tombèrent amoureux l’un de l’autre, mais le père, pensant à décourager Edmond, lui promit sa fille s’il réussissait à la porter jusqu’au sommet du mont. Parvenu en haut, Edmond mourut d’épuisement, tandis que la jeune fille se laissait mourir de désespoir. Saisi de remords, le père fit édifier à cet endroit un prieuré.

Tel est l’essentiel de cette légende qui est à l’origine du nom de la Côte des Deux Amants, et qui fut maintes fois reprises par les peintres et les poètes jusqu’au 19e siècle où cette histoire connut une véritable fortune.

 

EMOUVANTS TÉMOIGNAGES

Certains monuments de l’Eure conservent des témoignages qui illustrent le lien indéfectible qui unissait les habitants de l’Eure au fleuve. A Poses, ancienne cité batelière, les habitants ont de tout temps vécu pour et par les berges de la Seine : haleurs, charpentiers, cordiers, charretiers, jusqu’à l’apparition de la vapeur où ils devinrent capitaines de remorqueurs.

 

L’église de Poses abrite une maquette de bateau et un Christ surmontant une ancre marine, et sur ses murs extérieurs figurent des graffitis de besognes (ancêtres des péniches) dessinés par les mariniers et leur famille pour demander protection à la Vierge.

 

Eglise Notre-Dame-de-Bon-Port © Office de Tourisme du Canton de Quillebeuf

Quillebeuf-sur-Seine, ancien village viking, fut longtemps le fief des pilotes de Seine et un port stratégique pour la navigation en Seine : l’église Notre-Dame-de-Bonport reste l’emblème de la destinée maritime de la cité. Ornée d’ex-voto et de graffitis marins, elle abrite une intéressante collection de maquettes de bateaux retraçant divers aspects de l’activité fluviale.