Claude Monet © Eure Tourisme, O. Aubert

Monet, chef de file des Impressionnistes

Vous êtes ici

Monet, chef de file des Impressionnistes

Reconnu comme l’un des fondateurs de l’Impressionnisme, Claude Monet figure parmi les peintres les plus appréciés et les plus connus au monde.

 

Claude Monet naît à Paris en 1840 et meurt à Giverny en 1926. Il passera une grande partie de sa vie à voyager entre la Normandie, la capitale et l'ouest parisien.

 

Claude Monet s'installe à Giverny en 1883. Il y restera 43 ans. Il aimait à recevoir dans sa maison des invités prestigieux, comme Georges Clémenceau ou Sacha Guitry, mais surtout il a pu exprimer durant toutes ces années son deuxième talent : le jardinage.

 

Le Patriarche

Claude Monet épouse en 1870 Camille Doncieux, qui lui donnera deux enfants (Jean et Michel). En 1878, Ernest Hoschedé, négociant et collectionneur, poussé à la faillite par un train de vie dispendieux, est obligé de vendre les 117 œuvres en sa possession. Toute la famille Hoschedé trouve alors refuge chez Claude Monet à Vétheuil.

 

Ernest étant de plus en plus absent, c’est Monet qui remplit le rôle de père auprès de cette drôle de famille recomposée. De son côté, Alice veille sur Camille qui décède en 1879.

 

En 1892, Claude Monet épouse Alice, par amour, mais aussi pour pouvoir conduire à la Mairie, puis à l’église Sainte-Radegonde, Suzanne, qui doit se marier avec le peintre américain Théodore Butler.


 

Buste de Claude Monet à Giverny, eure, Normandie © Eure Tourisme, C. Lemagnent

 

La vie avec Monet


 

Claude Monet est un homme distant et réservé, qui impose à son clan son rythme de vie. Gare à celui qui ne respecte pas les horaires imposés par le maître. La légende dit que les enfants doivent même quitter l’école plus tôt que leurs camarades, pour être à l’heure au repas de 11h30.


 

Nostalgique, Monet a tenté de garder une œuvre par étape importante de son existence, comme de vieux souvenirs.


La peinture dicte sa vie et il est capable de partir plus de 3 mois pour peindre, tout en laissant Alice gérer les factures et les 8 enfants. Mais avec le temps, quitter ses nymphéas est un déchirement et pour s’éviter toute peine, Monet reste à Giverny…

 

L'ami des stars

 

Giverny est sans conteste un havre de paix dans la vie agitée de Claude Monet.
 Sa maison et son jardin sont ouverts à ceux à qui il accorde sa confiance et son amitié, afin de partager avec eux cette quiétude normande. Sacha Guitry, Georges Clémenceau, Octave Mirbeau, Paul Valéry, Pissarro ou les Goncourt font partie de ce cercle d’intimes réguliers.
 Clémenceau d’ailleurs ne se gêne pas pour s’inviter à manger chez Monet à qui il écrit : « Pour vous offrir quelque chose, j’apporterai mon appétit ».

 

Avec le « tigre », Monet entretient une correspondance assidue et Clémenceau multiplie les visites à Giverny. 
Le 5 décembre 1926, c’est lui qui tient la main du patriarche de l’Impressionnisme quand celui-ci rend son dernier souffle.

 

Impressions, Soleil Levant et la naissance de l'Impressionnisme

Exclus du salon de Paris et même du salon des refusés à plusieurs reprises, Monet et ses camarades décident de créer leur propre salon.

 

En 1874, Louis Leroy, critique d’art à la revue Charivari, ressort de la première exposition (7 autres suivront entre 1874 et 1886, mais Monet ne participera pas à l'intégralité des expositions) de Monet et sa « bande » composée, entre autre, de Renoir, Manet, Degas, Cézanne et Pissarro et qui se tient au studio du photographe Nadar. 

Leroy intitule son article « Exposition des Impressionnistes », en lien avec le titre d’une des œuvres de Monet : une toile du port du Havre peinte en 1872, intitulée « Impression, soleil levant ». Le critique fait ainsi de ce tableau la cible de ses railleries et par dérision qualifie « d’impressionniste » l’ensemble des œuvres de l’exposition.

Sans le vouloir, il vient de lancer le nom d’un mouvement pictural qui sera bientôt reconnu dans le monde entier et qui franchira les frontières du temps.

 

Œuvres de famille…

 

Au musée municipal AG Poulain de Vernon, vous pourrez admirer des tableaux originaux de Claude Monet, tels qu'un « Nymphéas » ou une étude réalisée en 1896 « Falaise à Pourville » et offerte au musée par Michel Monet en 1964. 
C’est aussi le lieu qui vous permettra de voir des œuvres de la famille proche de Monet, comme Blanche Hoschedé-Monet (celle que Clémenceau surnommait "l’ange bleu") ou Théodore Butler (mari de Suzanne et Marthe Hoschedé).


 

Le musée des Impressionnismes Giverny a également consacré une salle d'exposition permanente baptisée "Autour de Monet".

 

Autour de Claude Monet, exposition Musée des impresionnismes Giverny, Eure, Normandie © CG27, S. Bachelot

 

Un peintre d'influence


 

D'autres peintres avant Monet se sont essayés à peindre des variations sur un même thème et sous forme de séries. Mais Monet est le premier à systématiser ce principe et à penser à montrer ces toiles les unes à côté des autres, comme des ensembles. De nombreux peintres s'inspirèrent de ce principe. Monet prendra rapidement sur le groupe des Impressionnistes un véritable ascendant, et en deviendra le chef de file. Des dires d'un critique, « Monet est le plus habile et le plus osé » des Impressionnistes.

 

A partir de 1887, Giverny verra arriver de nombreux peintres américains à la recherche de sujets, mais aussi de cette proximité avec le Maître.