Boutique de fleurs, Giverny © Eure Tourisme

Giverny

Giverny

S’il est un nom qui évoque à lui seul l’Impressionnisme, c’est bien celui de Giverny où Claude Monet s’installa en 1883. Aux portes de l’Ile-de-France, en Normandie, à 75 km de Paris et 60 km de Rouen, le village a su conserver un charme authentique.

 

Giverny en 1883

Même si quelques familles bourgeoises résidaient à Giverny au 19e siècle, on dénombrait une grande majorité de cultivateurs et de fermiers sur les quelques 300 habitants du village quand Monet s'y installa.

 

L’implantation d’une forte colonie d’artistes-peintres à Giverny ne fut pas sans conséquences sur l’économie du village, qui à l’époque ne possédait ni école, ni bureau de poste, ni quincaillerie, ni boulangerie, et encore moins de commerces raffinés. Longtemps, il fallut, pour se procurer quoi que ce soit qui sorte de l’ordinaire, traverser la Seine et se rendre à Vernon.

 

Rue Claude Monet, Giverny © Eure Tourisme, M. Aubry

 

Les américains de Giverny

La présence de Monet à Giverny, mais aussi la proximité du village avec Paris, va attirer les années suivantes une importante colonie d’artistes américains (Lilla Cabot Perry, Willard Metcalf, Theodore Robinson, Frederick Carl Frieseke, Théodore Butler…).

 

Impatients de rencontrer Monet, ils désirent s’initier aux techniques du maître au cœur des paysages de Normandie et mettre en application les principes impressionnistes qui font fi des codes académiques de l'époque. Pendant leur séjour sur les traces de Monet, ils observent les effets de la lumière, les couleurs de la nature, les différents aspects de la campagne normande verdoyante.

 

Logés à l’Hôtel Baudy (aujourd’hui restaurant), ils constituent une colonie autonome qui a pour valeur commune l'amour de la peinture. De retour dans leur pays, ils y rendent populaire l’Impressionnisme.

 

ancien Hôtel Baudy, Giverny, Eure, Normandie © Eure Tourisme, C. D'Halluin

 

Trois vagues d’artistes américains se succèdent dans le village à partir de 1887. La 1ère vient surtout en saison estivale et pour une durée de quelques semaines. Elle loge à l'hôtel de Madame Baudy, endroit fréquenté de temps à autre par Claude Monet.

 

Dès 1900, certains artistes s’installent de façon quasi-permanente dans le village. Ce second groupe s’attache plus à la vie de famille et à celle des femmes peintes dans l’intimité des jardins ou des maisons.

 

A partir de 1905, la 3e vague d’artistes poursuit cet axe avec une prédilection pour les nus entourés de riches motifs décoratifs et revient vers des sujets caractéristiques de Giverny (meules, scènes de village…). Quand en 1892, Theodore Robinson (1852-1896) peint La Marche nuptiale (The Wedding March), montrant Suzanne Hoschédé au bras de Theodore Butler, il signe sans le savoir l’acte de mariage de l’Impressionnisme avec l’art américain.

 

La colonie des artistes de Giverny, dont la longévité dépasse au tournant du 20e siècle celle de toutes les autres, est aussi le 1er rassemblement de peintres américains expérimentant en commun les techniques et les motifs impressionnistes. Très active jusqu’à la guerre 1914-1918, elle connut un nouveau souffle ensuite, plus cosmopolite (écrivains, peintres, musiciens de nombreuses nationalités), mais l’esprit n’était plus le même et certains américains eurent du mal à vivre de leur art après la crise de 1929 qui affecta aussi l’Europe.

 

Giverny aujourd'hui

Si le village s’est structuré au gré de son succès jamais démenti, Giverny n’a rien perdu de ce caractère à la fois affable et authentique. Partout dans les rues et les ruelles, la glycine et la vigne vierge ornent les maisons basses et colorées, et le village, traversé par la rue Claude Monet, a conservé ce grain de beauté qui lui sied tant.

 

Une promenade à Giverny

 

Si la maison et les jardins de Claude Monet se posent comme une évidence dans la découverte de Giverny, le célèbre village réserve bien d’autres lieux à visiter pour une promenade de charme au pays de l’Impressionnisme.

 

Maison et jardins Claude Monet, Giverny, Eure, Normandie © Eure Tourisme, SagaPhoto.com, P. Forget

 

Du musée d'art américain au musée des Impressionnismes

Daniel J. Terra (1911-1996), grand industriel et collectionneur d’art, découvrit avec enthousiasme la richesse historique du petit village de Giverny. Il acquit dès 1937 des œuvres d’art américain et constitua une importante collection de tableaux créés par la colonie des peintres durant leurs années Givernoises. Il ouvrit en 1987 à Chicago un premier musée présentant les fleurons de sa collection et fonda en 1992 à Giverny le remarquable Musée d’Art Américain, permettant à ces œuvres de revenir dans leur lieu d’inspiration.

 

En 2009, les Conseils départementaux de l’Eure et de la Seine-Maritime, et la Région Haute-Normandie, ont repris le site pour donner naissance au Musée des Impressionnismes Giverny, en partenariat avec le Musée d’Orsay et la Fondation Terra. Ce musée a pour vocation de mettre en lumière tout ce qui touche au mouvement pictural, ses origines, sa diversité géographique, son histoire et son évolution vers d’autres courants. Il propose des expositions temporaires sur l’Impressionnisme et son histoire, des animations pour les enfants, un centre d’art et un centre de recherche sur l’Impressionnisme.

 

Le Musée propose également des visites spécifiquement adaptées aux déficients visuels.

  

L'ancien Hôtel Baudy

 

L’histoire de l’ancien Hôtel Baudy (aujourd’hui restaurant) est intimement liée à l’évolution du village, et à la colonie d’artistes américains qui s’y installa à la fin du 19e siècle et au début du 20e siècle. Ne manquez pas de déjeuner ou de boire un verre dans cet endroit qui fut leur lieu de vie et de fête, et de découvrir dans le jardin la roseraie. Sans oublier à côté la surprenante exposition de miniatures de Frédéric Desessard.

 

Monet lui-même venait y converser avec son ami Clémenceau.

 

Le sentier de découverte culturelle de Giverny

 

Jalonné de 20 bornes explicatives, il traverse le village et mène aux maisons jadis habitées par les artistes peintres de la colonie (Butler, Cabot-Perry), à l’école que fréquentaient les enfants de Monet, à l’église Sainte-Radegonde et au cimetière communal où reposent le peintre et sa famille.

 

Un village d'artistes

 

A Giverny, de nombreux ateliers de peinture et galeries d’art nichent dans le village et ouvrent grand leurs portes et leur univers aux visiteurs. Pour les adeptes du pinceau et de la toile, pourquoi ne pas tenter l’expérience de peindre les nymphéas au cœur même des jardins du maître? L’artiste Patricia Dodin anime des stages de peinture et de dessin pour adultes et enfants dans différents jardins de Giverny. Certains soirs, après la fermeture au public, les stagiaires ont le privilège de peindre dans le jardin de Monet. Pour les plus jeunes, le musée des Impressionnismes propose durant les vacances scolaires de février à la Toussaint des ateliers thématiques en fonction de l'exposition en cours.